Friday, June 12, 2009

Resumé des vacances en français


On est revenu de Monténégro. Je n'ai pas eu le courage de mettre en français toutes les entrées du blog au fur et à mesure. Voici un résumé :
Paris - Tubingen - Salzburg : La Prius roule vraiment très bien. Elle est confortable après des années de Prévia (qui n'était pas horrible, mais quand même...). En tout cas, il faisait beau et elle roulait si bien, sans avoir besoin de boire, alors au lieu de s'arrêter pour une petite visite à Strasbourg, nous nous sommes retrouvés le soir à Tübingen! On s'était arrêté à Horb, où Paul avait fait ses "classes" pendant son service militaire en '71, mais, à part le fait que c'est toujours une charmante petite ville, il n'y avait pas de quoi s'extasier. Tübingen est charmante, une petite ville universitaire presque entièrement piéton/vélos. Notre GPS nous indiquait un hôtel "Am Schoss" et nous trouvions ça charmant, près du château, mais dans le dédale de rues, il était difficile de nous frayer un chemin "auto". Les allemands sont très friands des asperges et j'ai mangé un menu asperge du début (soupe) jusqu'à la fin (mousse asperges/rhubarbe avec un coulis de framboise). Paul a eu du sanglier avec de la polenta. Nous étions tous les deux très contents. Le lendemain, autobahn vers Munich avec des travaux tout au tour de Munich, pour arriver tôt dans l'après-midi à Salzburg.
Salzburg : une vraie carte postale. Ou le modèle pour Disneyland. Très joli, très baroque. Le décor du film "Le son de la musique". Pour les amateurs de voitures anciennes, nous avons assister à un rallye. Plutôt, il y avait un rallye et où que nous nous promenâmes, nous rencontrions ces voitures. (Un Bescherelle serait le bienvenu, là, je crois.)
Salzburg-Zagreb : un peu d'autobahn, un peu de route de montagne au mois de mai. Les prairies sont toutes fleuries. Sans arrêt en Slovénie, nous sommes arrivés suffisamment tôt pour prendre le tram et nous promener dans la vieille ville quelques heures. Encore un menu asperges!
Zagreb-Dubrovnik : autoroute et route de montagne côtière en Croatie. C'est très joli, mais même le joli devient un peu monotone. Il faut voir cette côte depuis la mer. Les belles petites plages ne semblent accessible que depuis la mer. Sinon, c'est un peu la construction à la Côte d'Azur dans les années 60.
Dubrovnik : Arrivé en fin d'après-midi à Dubrovnik, on s'est laissé guidé par une dame qui nous a loué une chambre en haut de la ville avec une vue magnifique sur la vieille ville. Sauf que la vieille ville est tout blanc et propre avec les toits rouges tous neufs. Mais c'est à voir. Nous y avons passé la soirée et le lendemain matin à faire le tour des remparts, explorer les rues.
Dubrovnik-Herceg Novi : C'est un saut de puce de quelques kilomètres, mais on traverse des frontières. Croatie - Bosnie-Herzégovine - Croatie - Monténégro. L'agence Black Mountain se trouve à la gare routière, facile à trouver. De là, on nous a accompagné à notre appartement à mi-hauteur entre la route du bas et la route du haut. J'ai oublié de dire que tout est à la verticale. Il y a des escaliers entre la mer, la route du bas et la route du haut. Et notre appartement était encore au dernier étage de l'immeuble !
Herceg Novi - petite ballade de découverte. Nous sommes descendus à la mer, direction marina et le bureau principal de l'agence où nous nous sommes présentés à Hayley, l'épouse de Jack. Sa mère était là aussi et elle nous a raccompagné à mi-hauteur, dans la vielle ville, à la place de l'église où se trouve des restaurants et des cafés. Notre première surprise est le prix des repas. A deux, nous avons déjeuné pour environs 20 €. Ensuite, en rentrant chez nous, nous nous sommes arrêtés à un supermarché pour acheter de quoi faire nos petit-déjeuners et légers repas du soir. En tout, environs 11 €.
Le lendemain, nous nous sommes rendu dans le parc de Mt. Lovçen via la baie de Kotor; j'ai grimpé jusqu'au monument du grand poète du pays. Cette baie est magnifique. Alors mercredi, après un café le matin avec Jack (et son fils, Max, 2 ans et demi), nous avons faits une excursion en bateau. Ça a duré toute la journée : la baie, la petite église de Notre Dame de la Rocher au large de Perrast, la ville de Kotor (plus petite que Dubrovnik, mais tout aussi intéressante avec des constructions de toutes les époques depuis la renaissance) et enfin Perrast, une ville presque fantôme du 17è siècle.
Jeudi, une excursion en voiture vers le lac Skadar (Scutari), vers la frontière avec l'Albanie. C'est un paysage très sauvage, très beau. Vendredi, nous sommes restés en ville, à Herceg Novi, à visiter le château (herceg) qui n'est plus très neuf (novi). Il y avait des orages, tellement que Hayley a renoncé à monter déjeuner avec nous. Jack est venu et nous avons pu discuter un peu mieux de ce qu'ils ont déjà accompli et ce qu'ils veulent encore faire. C'est passionnant.
Samedi, il nous est venu l'étrange idée d'aller voir Mostar. On aurait pu faire une petite déviation sur le chemin de retour. Non, on en a fait une excursion de la journée. Il reste encore des traces de balles sur des maisons, mais la plupart des constructions sont soit réparées, soit plus récentes. Le fameux pont est tout neuf. La ville est une grande entreprise touristique : une rue principale qui mène au pont, un peu comme à Mont St. Michel, Lourdes, ou la rue de Steinkerque à Paris. Nous n'avons pas tardé sur place.
Dimanche, excursion au monastère d'Ostrag.
Lundi, promenade à pied dans Herceg Novi, en évitant la pluie.
Le retour : Départ le lendemain sous un déluge. Alors, à propos de ce départ. Notre chère Prius "mange" les cartes d'identité ! Oui ! Arrivé à la frontière, ma carte avait disparu. Alors, il est facile de toujours dire que Ellen perd tout, y compris sa tête. Nous sommes retournés en ville, mais la rue est devenue un torrent et il était dérisoire de penser trouver la carte qui serait tombée par terre. J'avais mon passeport, alors pas de souci pour sortir de Monténégro, mais là, arrivé encore au poste de frontière et c'est la carte de Paul qui avait disparue ! Lui, qui ne perd jamais rien. En cherchant, mon ongle a découvert une fente entre le compartiment où nous avons mis les papiers et la radio, au dessus. Nous sommes convaincus que nos cartes sont parties dans cette fente, mais démonter la voiture serait disproportionné -- et si elles n'y étaient pas....? Nous serions vraiment fous !
Il y a un ferry de Split à Ancone, en Italie, alors plutôt que de continuer sur la route côtière vers Trieste selon notre projet original, nous avons pris ce ferry. Mais nous disposions de quelques heures avant le départ pour découvrir Split.
Nous avions le projet de visiter un peu l'Italie du nord, mais après les prix bas de Monténégro, nous étions d'accord que l'Italie nous semblerait excessivement cher et qu'il serait dommage de finir les vacances avec cette impression. Nous avons pris l'autostrada pour ne le quitter qu'après Turin. Là nous avons pris la route de Mont Cénis. Nous avons eu le temps de nous promener à Chambéry avant le dîner et le lendemain, nous sommes rentrés à la maison.

No comments: